Dans cet article, découvrez en quoi l’hypnose est un pouvoir en chacun de nous. Des expériences qui nous hypnotisent dans notre vie ou d’en tirer bénéfices, je vous explique tout.

L’hypnose

Vous la vivez à peu près partout :

Sous la douche, quand votre corps est omnibulé par les sensations de l’eau chaude et que vous en perdez la notion de temps.

Lorsque vous êtes en voiture ou en transport, que vous arrivez à destination sans même vous en être rendu compte…

Quand vous faites du sport et que vous vous surprenez d’avoir dérivé dans vos pensées.

A chaque que vous êtes plongés dans un film, un bouquin, où quelqu’un vous parle et vous ne l’avez même pas entendu tellement vous étiez pris dans l’histoire…

Tous ces moments (et il y en aurait bien d’autres encore, comme cuisiner, marcher etc.), comment vous mettent-ils sous hypnose ?

La focalisation

Lorsque nous sommes focalisé sur une action (lire, regarder un film, cuisiner…) nous sommes super concentrés. Au plus on est concentré, focalisé sur l’action, au plus on se ‘détache’ de ce qui est autour de nous. C’est le début d’un état d’hypnose.

Mais ce n’est pas tout. Si nos 5 sens sont mis à contribution dans l’expérience que l’on vit, alors la transe hypnotique devient encore plus profonde. Je pense notamment à la sensation que l’on expérimente au concert d’un artiste qu’on adore…

Au plus cette focalisation dure, au plus on entre sous hypnose.

La saturation

C’est une autre forme d’induction (mise en transe hypnotique). C’est celle qui nous permet d’entrer sous hypnose quand on conduit : je vois le panneau, je regarde au loin les voitures qui freinent, mon enfant parle et j’écoute attentivement ou la radio joue ma chanson préférée, je dois passer les vitesse, rétrograder, regarder dans les rétros car j’ai entendu une moto arriver, un enfant joue avec un ballon sur le trottoir et je dois prêter attention et ralentir..

Bref. Trop d’infos pour le cerveau. Il sature. Et l’inconscient vient en « pilotage automatique ».

En sécurité sous hypnose

Sous hypnose on ne fait que ce qu’on accepte de faire consciemment.

C’est pour cela que l’hypnose de spectacle ne marche qu’avec un très faible pourcentage de la population.

En effet, il faut être très suggestif, c’est à dire répondre volontairement à tout type de suggestion qu’on pourrait entendre.

C’est aussi pourquoi l’hypnose thérapeutique est très efficace. Le praticien s’adapte à son client, et choisi parmi ses outils inductifs lesquels sont les plus à même d’accompagner le client sous hypnose.

Sous hypnose, vous n’irez pas plus loin que là où votre inconscient décide de vous emmener, pour voir un souvenir, traverser une émotion…

Si une émotion est trop vive, vous pourrez remonter au conscient instantanément, de sorte à ce que l’expérience puisse être à la fois utile et confortable.

Le client entend toujours le thérapeute, puisque dans un état d’hypnose on est à la fois conscient et en contact avec notre partie inconsciente.

C’est comme si vous voyiez à la fois la surface de votre iceberg et sa partie immergée.

L’hypnose thérapeutique

Sous hypnose, je demande à dialoguer avec l’inconscient de la personne en face de moi. Celui-ci me répond par des mouvement idéo-moteurs. Ce sont comme des spasmes dans les doigts que consciemment nous ne pouvons reproduire.

Cette communication intra-psychique permet de suivre la personne et avancer dans un travail d’équipe : la personne, son inconscient et moi-même.

Voir les motifs de consultations ici.

Le but est que la personne puisse faire remonter, grâce à son inconscient, des nouveaux comportements au conscient pour traiter une problématique rapidement.

Prendre rendez-vous sur

hypnothérapeute val d'Oise

L’auto-hypnose

Apprendre à le faire seul est aussi tout à fait possible.

Pour cela, j’anime des ateliers découvertes afin de pouvoir vivre de l’hypnose et certains thèmes sont accès qsur la découverte de l’auto-hypnose. Tous les ateliers à venir ici.

Soi-même est un paysage à explorer…

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.